Parler d’Instagram et des réseaux sociaux – vidéo de niveau B2 + / C1

 

Source de la vidéo : https://www.arte.tv/fr/videos/085801-004-A/dopamine-4-8/ / Durée de la vidéo : 7 min / Disponible du 18/09/2019 au 29/07/2022


Parler des réseaux sociaux est incontournable en classe de FLE. Je vous propose aujourd’hui d’évoquer le thème sous l’angle de l’addiction avec une vidéo de niveau avancé, B2+ et C1. La vidéo a été publiée en février 2020 sur Arte, une chaîne de télévision franco-allemande à vocation culturelle.

 

Visionnez la vidéo 2 fois :

Questions de compréhension orale :

    1. La vidéo commence par une anecdote :

▢ neutre pour le spectateur et amusante pour Elodie, utilisatrice d’Instagram

▢ amusante pour le spectateur et positive pour Elodie, utilisatrice d’Instagram

▢ amusante pour le spectateur et négative pour Elodie, utilisatrice d’Instagram

 

2. Donnez une définition du réseau social Instagram selon les termes de la vidéo. Précisez quel est son objectif principal. 

 

3. Quel besoin humain profond Instagram active-t-il ?

 

4. Selon le B.J. Fogg, “un comportement est lié à 3 éléments : ta motivation, ta capacité d’entreprendre cette action et un déclencheur”. Quel est le déclencheur pour les utilisateurs d’Instagram ? 

 

5. Pourquoi la validation sociale est-elle un besoin fondamental humain ?

 

6. Comment Instagram satisfait-il ce besoin ?

 

7. Comment peut-on appliquer la théorie de la comparaison sociale à Instagram ?

 

8. Que sont devenus les influenceurs d’Instagram ?

 

9.  Et quel est l’objectif ultime de ce réseau social selon la vidéo, inévitable par les utilisateurs ?


Vérifiez vos réponses en lisant la transcription de la vidéo :

Ce matin, tu t’es levée toute refaite, avec la photo trop stylée que t’as postée hier soir, tu vas enfin passer le cap des 10000 followers. T’as lancé Instagram, quoi ? Seulement 321 likes et 12 followers de plus alors que ta pote Renit, genre elle est danseuse, 21000 followers, juste là pour mater son gros b*%*£, Marie, encore un cupcake de m%*£%, 43000 followers, mais putain, en vrai elle se fait vomir 3 fois par jour la c*%£!, JB, toujours avec son caniche ?!^$`, 54000 followers, mais qu’il le n*$$=?* son chien, Cindy, cette grosse p¨¨£% opportuniste, attends, les dernières Jimmy Wong, garce ! Il était pour toi ce partenariat !

T’as pété les plombs ! Et tu t’es demandée comment ça pouvait te mettre dans un tel état. T’inquiète pas, c’est normal, t’es complètement accro car ces appli sont conçues à la base pour sécréter dans ton cerveau la molécule responsable du plaisir, de la motivation et de l’addiction : la dopamine. 

Instagram est un réseau social permettant de partager des photos et des vidéos. L’application propose un grand nombre de filtres qui transforment n’importe quelle photo banale en cliché super esthétique qui va mettre en valeur ton quotidien. Non, non, non, non, yes ! Lorsqu’on veut regarder le contenu d’un utilisateur, on dit qu’on s’abonne et les abonnés sont des followers, qui suivent un tel … ou une telle… ou (le chien).

L’objectif d’Instagram, c’est que tu passes le plus de temps possible sur l’appli, que tu t’abonnes à un maximum de comptes pour pouvoir ainsi récolter un maximum de données personnelles et te proposer encore de la publicité encore plus ciblée. Ils vont tout faire pour te rendre complètement accro. Tout autour de toi, il y a des milliers de choses à photographier. C’est irrésistible et tu ne peux pas te retenir car l’appli est en fait conçue pour activer un besoin bien plus profond : la validation sociale. Selon B.J. Fogg, le célèbre gourou des neurosciences qui a été le prof du fondateur d’Instagram à Stanford, un comportement est lié à 3 éléments : ta motivation, ta capacité d’entreprendre cette action et un déclencheur.

Avec Instagram, le déclencheur est cet état d’anxiété imperceptible, la crainte de passer à côté de quelque chose de formidable et donc, le besoin de capturer ceci en le prenant en photo. La capacité d’entreprendre est quasi nulle car l’appli transforme tout cliché en photo ultra séduisante, et ta motivation, c’est le désir de te montrer sur le réseau social pour obtenir la validation de tes followers avec des likes. Cette validation sociale est un besoin dit fondamental car l’être humain est un animal social en constante quête d’approbation, cherchant continuellement à s’évaluer par le regard d’autrui, ce qui lui permet de se situer dans le groupe et ainsi de valider son estime de soi. 

Pour ton cerveau, Instagram est considéré comme l’outil d’approbation sociale ultime, te permettant en quelques secondes de savoir ce que tu vaux, comblant instantanément ce besoin si profond et te poussant irrésistiblement à checkers tes likes et ton nombre de followers considérés par ton cerveau comme des récompenses. Et qui dit récompense, dit dopamine ! 

Sur Instagram, tu joues deux rôles : tu es actif en postant des images pour te rassurer et tu es passif en suivant d’autres utilisateurs qui constituent ton groupe. Selon le psychologue Albert Bandura, inventeur de la théorie de l’apprentissage social : l’être humain cherche toujours à faire partie d’un groupe, d’un côté en adoptant des comportements similaires au groupe auquel il s’identifie et de l’autre en rejetant les comportements des groupes antagonistes. C’est la théorie de la comparaison sociale. Un processus automatique que ton cerveau utilise en permanence pour atteindre plusieurs buts : te rassurer, gonfler ton estime et lutter contre l’influence pour rester toi-même. 

Ainsi, quand tu consultes les comptes d’autres utilisateurs, tu te retrouves irrésistiblement attiré par deux comportements antagonistes. D’un côté, tu rejettes des comportements et de l’autre tu adoptes des comportements, dans un processus que Bandura appelle l’apprentissage vicariant. Ce qui veut dire que non seulement tu observes, mais tu imites inconsciemment les comportements de ces utilisateurs qui deviennent tes influenceurs. 

Les influenceurs, ce sont des utilisateurs suivis et regardés par tous. Il y a des supers influenceurs qui sont des stars dans la vraie vie avec des centaines de millions de followers mais il y aussi ceux qu’on appelle les micro-influenceurs avec moins de 10000 followers. Les influenceurs sont partout et ils vont devenir la tête de pont des marques pour te gaver de publicité, sans même que tu t’en rendes compte. Car pour ton cerveau, il est très difficile de faire la différence en le contenu naturel de tes amis engagés dans un processus d’autopromotion constant et le contenu publicitaire des marques qui intègrent leurs produits aux photos d’influenceurs qui vont user automatiquement de leur rôle de modèle prescripteur. Tout ça créant dans ta tête le désir de posséder ce produit considéré inconsciemment comme le seul moyen de faire partie de ton groupe social.

Et même si tu évites soigneusement les influenceurs, tu ne pourras pas éviter la collecte de tes données qui serviront à te placer des publicités ciblées, qui s’intègreront entre les photos de tes amis et seront ainsi considérées inconsciemment par ton cerveau comme du contenu familier. Sur Instagram, c’est le rêve de tous les publicitaires qui se réalise avec un système conçu pour brouiller la distinction entre les contenus commerciaux et les autres. Tout ça pour te vendre encore plus de choses dont tu n’as pas besoin.


Vocabulaire :

Relevez dans la transcription de la vidéo tous les termes liés au réseau social Instagram et classez-les ci-dessous dans la catégorie à laquelle ils appartiennent :

Les personnes : …

Les actions : …

La photographie : …

Les fonctionnalités/éléments de description d’Instagram : …

Le marketing : …

 


Questions de production orale :

  1. Utilisez-vous les réseaux sociaux ? Lesquels ? Avec quel objectif ?
  2. Combien de temps passez-vous sur les réseaux sociaux par jour ?
  3. Avez-vous déjà été accro à un site internet, un jeu vidéo, une émission de télévision etc ? Racontez.
  4.  Outre l’addiction et la consommation induite par Instagram, quels sont les aspects négatifs des réseaux sociaux que vous connaissez ? Vous pouvez inclure YouTube si vous n’en utilisez pas Facebook, Twitter, Snapchat etc…
  5. Quels sont au contraire l’intérêt d’utiliser de telles plateformes ?
  6. Connaissez-vous le principe de digital detox ? Définissez-le. Ressentiriez-vous le besoin d’en faire une ? Pourquoi ?
  7. Quelles sont vos stratégies pour éviter d’utiliser trop souvent les réseaux sociaux (ou votre téléphone en général) ?
  8. Débat: en classe, faites 2 groupes, l’un est en faveur des réseaux sociaux et va défendre son utilité et l’autre va montrer ses aspects négatifs et suggérer d’en limiter l’accès aux adolescents. 

 

 

 

 

juliezefrench

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top
%d bloggers like this: